EPOREDO


accueil

index alphabétique

CONSIDERATIONS PRELIMINAIRES

éléments d'extérieur

plan

page suivante

page précédente

Aplombs

Le mot

Le mot aplomb résulte de la soudure de l'expression "à plomb" qui lui est antérieure et signifie: "à la verticale".
Toutefois, il a connu diverses extensions et en particulier, au moment ( milieu 19eme) où il a été utilisé en Extérieur des animaux domestiques, il était "employé pour l’équilibre d’un corps solide, en parlant de l’homme ou de l’animal" A.Rey.
La notion d'équilibre mentale qui en découlera et fera qu'aplomb sera synonyme d'assurance ou de culot viendra plus tard.

La Définition

On appelle aplomb : « la direction que doivent suivre les membres, considérés dans leur ensemble et dans leurs différentes régions en particulier, pour que le corps soit supporté de la manière la plus solide et en même temps la plus favorable à l’exécution des mouvements » Félix Lecoq (1843)

Actuellement on peut enregistrer une certaine dérive de vocabulaire qui tend à confondre "aplomb" en tant que direction des membres avec "conformation des membres".



CONDITIONS THEORIQUES DU "BON APLOMB" ou "APLOMB REGULIER"

 « le tronc étant un poids à supporter,  il est évident que les membres y suffiront d’une manière d’autant plus heureuse et plus en rapport avec la conservation de leur intégrité que ce poids agira toujours, dans la station, suivant la direction normale de sa propre gravitation » Sanson.

la direction normale de la gravitation étant verticale, la direction des membres la plus favorable au soutien du corps est donc la verticale.

L'aplomb s'apprécie lorsque l'animal est au placer c'est à dire debout, les 4 membres appuyant naturellement sur le sol en se couvrant 2 à 2 de profil.

Eléments de référence:

centre de suspension: point virtuel de l'attache du membre au tronc
plan de suspension: quadrilatère compris entre les 4 centres de suspension
centre d'appui: centre de la surface portant sur le sol: c-à-d centre du pied
axe directeur du membre: ligne réunissant centre de suspension et centre d'appui

LIGNES D’APLOMB

La condition générale du bon aplomb est que son axe directeur soit vertical

APLOMB ANTERIEUR
Le membre antérieur n’est pas attaché au tronc par une articulation, donc son centre de suspension ne peut être que virtuel.
En émettant l'hypothèse logique (Goubaux et Barrier) que le plan de suspension des 4 membres est horizontal, le centre de suspension du membre antérieur se trouve à l'
intersection axe de l'épaule / ligne horizontale passant par l'articulation coxo-fémorale (hanche): ce qui le place à peu près à la limite tiers moyen/tiers inférieur de la scapula (épaule)

APLOMB POSTERIEUR
Centre de suspension = articulation coxo-fémorale (hanche)

aplombs réguliers

aplomb postérieur régulier

vus de profil (Goubaux et Barrier) dans Lesbres *

aplomb antérieur régulier
La verticale abaissée de la hanche touche le sol au milieu du pied

la verticale abaissée de la pointe de la fesse rencontre la pointe du jarret et suit tangentiellement la face postérieur du canon

La verticale abaissée du centre de suspension (h) touche le sol au milieu du pied

elle coupe le bras par le milieu

se trouve à égale distance entre les verticales abaissées de la pointe de l'épaule et de la pointe du coude

aplomb antérieur régulier

vus de face et de dos (Lecoq dans Lesbres(éd.1920)

aplomb postérieur régulier

La verticale abaissée de la pointe de l'épaule divise le membre par le milieu

le plan médian du membre est parallèle au pan médian du corps

les deux antérieurs sont parallèles entre eux

La verticale abaissée de la pointe de la fesse passe également par le milieu du membre

les deux postérieurs sont verticaux et parallèles entre eux

* F.X. Lesbres: Précis d'Extérieur du CHEVAL et des principaux mammifères domestiques, Paris, éd. Asselin et Houzeau, 1920



DEVIATIONS

on appelle déviations tous les écarts par rapport à ces normes

déviations totales
(
c'est à dire qui affectent l'ensemble du membre):

de profil:

campé (de devant (et ou) de derrière)

sous lui (de devant (et ou) de derrière)

de face:

ouvert (de devant (et ou) de derrière)

serré (de devant (et ou) de derrière)

ci dessous: dessins de Lecoq dans Lesbres (1920)

membre panard, membre cagneux : suppose généralement une rotation du membre sur son axe

panard
rotation vers l'extérieur

antérieurs:
rotation à partir de l'épaule

coudes en dedans (sous le corps)

pieds tournés vers l'extérieur pieds "en dehors" postérieurs
r
otation à partir de la hanche

grassets "vers l'extérieur"

jarrets en dedans (déviés vers l'intérieur)
dits "de vache"

cagneux
rotation vers l'intérieur
antérieurs

coudes en dehors

pieds tournés vers l'intérieur pieds "en dedans" postérieurs

grassets "vers l'intérieur"

jarrets en dehors

déviations partielles
(c'est à dire qui affectent une partie du membre et brisent la ligne d'ensemble de l'aplomb)

Elles peuvent se produire à partir de n'importe quelle articulation et sont souvent traduites par diverses expressions plus ou moins imagées et faisant référence à des conformations normales dans d'autres espèces

de profil

genou arqué genou effacé ou creux jarret coudé jarret campé

*

de face

genou "de boeuf" ou en dedans genou cambré jarret en dedans ou "de vache" jarrret cambré

Pour les déviations se produisant en dessous du genou ou du jarret on citera l'articulation et on utilisera les expressions "en dedans" "en dehors" .
Si le boulet est déjeté en avant on parle de membre "bouleté" et lorsqu'il s'agit de la déviation latérale du pied, de pied "de travers".

Les déviations du paturon mettent en cause sa direction de haut en bas: trop oblique: "bas-jointé", trop verticale: "droit jointé"

haut de page

page suivante

accueil

plan